Immigration, ce qui est juste

« Eprouver l’injustice, est-ce nécessaire pour savoir ce qui est juste ?». Les lycéens qui passaient le bac en section S ont eu à disserter sur ce sujet. Auront-ils puisé dans l’actualité, trop généreuse, de quoi nourrir leur réflexion ?  Injuste, le sort de ces migrants recueillis sur le bateau humanitaire l’Aquarius, rejetés par les autorités politiques italiennes et maltaises, en dépit des lois maritimes, et enfin débarqués à Valence, parce que le nouveau premier ministre espagnol, socialiste, s’est immédiatement proposé de les accueillir. Hommes, femmes, enfants, de différentes nationalités, ils rêvaient de l’Europe et attendent désormais de savoir si le droit d’asile leur sera accordé, en Espagne ou en France qui, avec quelque retard, a accepté d’examiner leurs requêtes.

Injustice que ces 68,5 millions de personnes dans le monde réfugiées et « déplacées » en 2017, douloureux record souligné  par le rapport annuel du Haut commissariat des Nations Unis pour les réfugiés (HCR). Ils sont déplacés dans leur propre pays, exilés dans des pays voisins, pour cause de guerre, de violences ou de pauvreté. Contrairement à l’impression que nous en avons,  ils sont bien plus nombreux accueillis dans des pays en développement  qu’en Europe. Néanmoins, la croissance du nombre de réfugiés  rappelle que la crise migratoire n’est pas pour l’Europe circonstancielle mais durable. Le manifeste proposé par les Semaines sociales à l’issue de la rencontre de novembre dernier le rappelait avec acuité.  Surtout si on s’intéresse à la situation des demandeurs d’asile, mais aussi à celle des migrants dits « économiques » ou climatiques. Le rapporteur de l’ONU estime nécessaire, pour faire face à cet accroissement continu du nombre des déplacés,  « une approche nouvelle et plus globale ». « Globale » : puisse l’Union européenne l’entendre ! L’Europe a montré en ces jours un bien triste visage : par l’attitude italienne certes, mais aussi par les tergiversations ou les silences des autres.

Mais voir l’injustice, la dénoncer, l’éprouver dans sa propre chair, ne signifie pas qu’il soit simple de trouver la juste réponse, encore moins la réponse juste. Les gouvernements se débattent avec des opinions publiques réticentes, la montée de courants populistes et des enjeux  de sécurité face au terrorisme. La loi « asile et immigration » du gouvernement français qui voudrait combiner droit d’asile effectif et intégration réussie, souligne les vives tensions entre ceux qui la trouvent trop répressive et ceux qui jugent qu’elle ne l’est pas assez.

Une enquête récente menée pour des associations et services d’Eglise travaillant avec les populations de migrants (la Croix du 7 juin) révèle l’ambivalence des catholiques, malgré les appels incessants du pape François. Plus accueillants, plus engagés dans la solidarité active ou financière, une bonne part d’entre eux se montre inquiète et craintive, à la fois pour eux-mêmes mais aussi pour les migrants qui ne seraient pas accueillis dignement, dans une France prospère mais traversée de graves inégalités sociales et territoriales.

La réponse de l’Union européenne  ne va donc pas de soi. Les pays plus récemment intégrés et marqués par leur histoire à l’est du continent, se montrent souvent hostiles à une hospitalité plus large ; les Etats en première ligne des arrivées, l’Italie par exemple, ne se sentent pas soutenus. Il faudra plus que des bonnes paroles et des réponses au cas par cas, comme dans l’épisode de l’Aquarius, pour construire une véritable politique migratoire, respectueuse et soutenable.

Si l’Europe veut occuper une place dans la géographie du monde, si elle veut porter haut les valeurs de solidarité et la défense des droits humains dont elle se targue, il lui faut agir. Sans oublier que sa responsabilité ne joue pas seulement dans l’accueil des migrants, mais se mesure également en amont, dans les pays en guerre ou ravagés par la pauvreté, quand elle fournit des armes, quand elle ne travaille pas au développement des Etats en difficultés, quand elle piétine sur les engagements en matière de climat, quand son activité économique accroît les inégalités…  Ce sont tous ces leviers que l’Union, véritablement unie pour mériter son nom, doit actionner.  La « maîtrise » de l’immigration  revendiquée ne doit pas signifier le rejet,  le repli et la fermeture.  Les attitudes les plus frileuses, qui semblent minimiser les risques et protéger les populations, ne sont-elles pas,  au contraire, les plus dangereuses, parce qu’elles divisent et enferment ?

 

Dominique Quinio

 

Sur la question migratoire, vous pouvez aussi (ré)écouter l’intervention poignante de Véronique Fayet lors de notre session « Quelle Europe voulons-nous ? »

 

 

Pour une culture du « prendre soin »

 

Récemment les Ehpad ont fait l’objet de plusieurs articles relatant la difficulté croissante de recrutement de personnel soignant : aides-soignants et infirmières. Mal payés, mal considérés, harassants, ces métiers figurent dans le « top ten » des métiers en tension par l’étude annuelle de Pole emploi.

Faut-il, en cette circonstance,  multiplier par deux le nombre de Lire la suite…

Aimons-nous vraiment les Italiens ?

 

Les Français aiment l’Italie, cela ne fait pas de doute. Ils ne se lassent pas d’en rapporter des images et des émerveillements, sur les traces de Joachim du Bellay, Chateaubriand et Stendhal. Mais aiment-ils vraiment les Italiens, au moins les estiment-ils ? N’aurions-nous pas gardé de notre enfance la vague conviction que le petit Liré reste décidément préférable au Mont Palatin, symbole d’une gloire à jamais déchue ? Les graves événements Lire la suite…

Changement de système économique vu par le Vatican

Le Vatican a publié ce jeudi 17 mai un texte important. Œconomicæ et pecuniariæ quæstiones propose – c’est son sous-titre – des « considérations pour un discernement éthique sur certains aspects du système économique et financier actuel ».

Il part d’un constat simple : Lire la suite…

Les inégalités de revenus et de richesse

La distribution des revenus est assez bien connue sauf pour les très bas revenus (travail au noir) et pour les très hauts revenus (dissimulation). La distribution des richesses ou patrimoines est moins bien connue, notamment aux Etats-Unis.

En France et en Europe continentale, la distribution des revenus a peu varié au cours des 20 dernières années. Ainsi le rapport entre le revenu Lire la suite…

Un service public du rail       

Le conflit à la SNCF risque de durer tant il est emblématique pour les syndicats comme pour le gouvernement. Pour les premiers c’est leur représentativité qui est en cause, c’est-à-dire leur capacité à influencer le cours des choses et à maintenir les fameux avantages acquis. Pour le gouvernement, c’est Lire la suite…

Contre le PIB : pourquoi tant de haine ?

Le concept de Produit intérieur brut (PIB) est un enfant typique des trente glorieuses[1] . Conçu dans les années qui suivirent la fin de la seconde guerre mondiale, il reflète un double souci à mon sens toujours actuel : celui d’une mobilisation efficace des ressources disponibles pour réussir la reconstruction par des investissements publics et privés ; celui d’une redistribution sociale équitable des revenus générés par cette production. Car le PIB a deux faces : coté pile Lire la suite…

Immigration, une déchirure intérieure

La loi sur l’asile et l’immigration vient d’être votée en première lecture, le 22 avril, après des débats enflammés, y compris au sein de la majorité gouvernementale. Pour des raisons diamétralement opposées, elle est critiquée par la droite et la gauche. De nombreuses associations s’en inquiètent, déplorant Lire la suite…

ZAD, légalité et bien commun

Tous les mois, retrouvez Pierre-Yves Stucki et sa chronique sur la pensée sociale chrétienne et l’actualité, au micro de Paul Keil sur RCF Jerico Moselle.
Chronique du 23 avril 2018.

Ce printemps est marqué par la concomitance de plusieurs mouvements sociaux, même si la « convergence des luttes » dont rêvent certains ne semble pas se réaliser. La contestation par les cheminots de la réforme de la SNCF adopte une forme assez classique en France. Même si son rythme « perlé » est un peu nouveau, on en reste à la bonne vieille Lire la suite…

La bioéthique au défi de la pratique médicale et de la politique de l’Europe

Dans tous les débats actuels sur les lois de bioéthique, nous avons – me semble-t-il – une fâcheuse tendance à nous focaliser sur la question purement éthique au sens philosophique du terme – et les questions de principe qui y sont liées – sans examiner le contexte de la pratique médicale et celui qui nous lie aux autres pays européens. Bien sûr l’éthique est importante mais la pratique produit elle-même sa propre vision de l’homme et du monde. Elle ne repose pas sur des fondements explicites car elle naît souvent de choix de société antérieurs Lire la suite…