Tous les articles de la catégorie Lien social

Encore le voile !

Par Jean-Pierre Rosa 

 

Aéroport de Londres, 16 heures. Le voyage a été long depuis le Pacifique. Un dernier passage à la sécurité et nous allons pouvoir embarquer pour Roissy. Il y a du monde, comme d’habitude, aux portiques et aux glissières où l’on dépose son bagage à main, ses papiers, son ordinateur, son manteau, ses clés en attendant les ultimes vérifications… Assez loin devant moi un couple fait la queue. La femme, en voile intégral, colle à son mari, cherche à passer avec lui. Du coup mon œil est attiré et j’observe. La femme va-t-elle lâcher son mari ? Seule ? Sous la demande des employés ? Et son voile ? Va-t-elle l’ôter ? Ou répondre à la demande ?

Première étape, la séparation. Les employés invitent gentiment le mari à vider ses poches, poser ses clés, ses papiers… Pendant ce temps un autre employé prend en charge son épouse mais sans lui demander d’ôter son voile. Et la voilà qui est invitée, après son mari, à passer sous le portique visage couvert. Je me tors un peu le cou pour suivre. Je ne crois pas que quiconque lui ai demandé d’enlever le morceau de tissu noir qui couvrait entièrement son visage. Comment vérifier l’identité de Madame ? Et pourquoi une telle pusillanimité de la part des services de sécurité ? Mais trêve de réflexions, c’est mon tour. Je passe tranquillement mais, au moment de la lecture de mes papiers, l’employé me demande gentiment d’ôter mon chapeau pour vérifier mon identité à l’aide de mon passeport. Je m’exécute, un peu interdit.

Et du coup je me demande : quelle mouche a donc piqué ces employés ? Comment peuvent-ils filtrer ainsi le moucheron et avaler le chameau ? Est-ce parce qu’il s’agirait d’un « signe religieux » et qu’il ne faut pas brider la liberté religieuse ? Mais même les tenants des « accommodements raisonnables » auraient donné raison à l’employé qui aurait invité Madame à ôter son voile.

En fait ce voie « islamique » ne cesse de poser question. D’une part parce qu’il apparaît comme le marqueur d’une condition féminine d’infériorité, d’autre part parce qu’il tend à faire disparaître de l’espace public le visage même de la femme, ce qui ne peut être accepté. Certains, pour le défendre, mettent en avant son caractère religieux et, ce faisant, le « sacralisent ». D’autres au contraire mais avec la même intention, en font un élément culturel respectable en tant que tel et soulignent sa contingence dans l’univers de l’Islam, dédouanant ainsi l’islam de tout assujettissement de la femme.

Soyons sérieux et prenons les arguments l’un après l’autre. S’agit-il d’un signe « religieux » ? L’histoire montre que cela est douteux. Mais même en ce cas, il doit être sérieusement encadré. Voiler le visage dans sa totalité est grave. L’interdiction française semble sage. La tolérance d’un voile modeste, qui ne couvre que les cheveux semble plus juste. Et s’il s’agit d’un simple vêtement « traditionnel » ? Alors il est urgent de limiter son emploi.

Police vestimentaire ? De retour d’un pays où on ne rencontre aucune femme voilée, je pense au contraire qu’il s’agit là d’un combat en faveur de l’égalité hommes-femmes.

Cause futile au regard de grandes causes sociales ? Je ne le crois pas. Beaucoup de choses se jouent autour de l’égalité hommes-femmes et de la condition féminine.

Mon passage à la sécurité d’un grand aéroport européen me fait penser que je n’ai pas tort.

 

Jean-Pierre Rosa

La participation associative

Par Paul Champsaur 

Le monde des associations est très hétérogène. Je ne traiterai que des associations classiques, fonctionnant essentiellement par et pour leurs adhérents. Sont donc exclues les structures associatives qui auraient pu adopter un autre statut : Lire la suite…

Forum des Initiatives du Ceras – Heureux les sobres !

Tribune du Ceras

Le changement climatique fait déjà son œuvre, les liens sociaux se fragilisent : face à de tels défis, chacun peut éprouver une certaine impuissance. Pourtant, « nous chrétiens, avons les meilleures raisons de nous mobiliser : non pas la peur mais l’espérance qui jaillit de notre regard sur le Création » plaide Fabien Revol (La Croix du 27/03/2015). Entrer dans une dynamique d’espérance en analysant Lire la suite…

Violence boomerang

Par Dominique Quinio

« La crise du politique n’est-elle pas avant tout une crise de la parole ? », s’interrogeaient les évêques de France dans leur texte, publié à l’automne, qui invitait à retrouver le sens du politique. « Là où le conflit n’est pas dit, là où la vérité est transformée ou cachée, là risque d’apparaître la violence ». Et les évêques d’appeler à recourir au dialogue, au débat. Lire la suite…

Vers un revenu universel…ou vers l’universalité du travail ?

Par Denis Vinckier

Manuel Valls, quand il était premier ministre, avait posé les éléments d’un diagnostic : 35 % des personnes qui peuvent prétendre au Revenu de Solidarité Active (RSA) n’en font pas la demande en raison de la complexité du dispositif. Terrible constat qui démontre combien le besoin d’accompagnement est réel et notre système inadapté. Lire la suite…

Lire l’actualité à l’aide de René Girard

Par Bernard Perret

René Girard nous a quitté le 5 novembre 2015. Quelques jours après cet anniversaire, il est encore temps d’en saisir l’occasion pour relire les débats qui nous agitent à la lumière des idées de ce grand penseur. Anthropologue et exégète, Girard est certes resté à l’écart des controverses politiques Lire la suite…

#NousSommesUnis

A la suite des attentats du 13 novembre, Jérôme Vignon, président des Semaines sociales de France, s’est joint à différentes personnalités, croyantes ou non croyantes, dont des reponsables associatifs, pour dire ensemble « nous sommes unis ».

Cet appel, paru dimanche soir sur le site de Libération, incite à ne pas tomber dans le piège tendu par le terrorisme : la division.

Aujourd’hui nous vous invitons à rejoindre ce mouvement en signant à votre tour cet appel sur le site www.noussommesunis.com

 

Voter : un devoir moral ?

Par Catherine Belzung

A l’approche des élections départementales et face à la crainte d’un taux d’abstention record, on peut s’interroger : est-ce que voter est un devoir moral ? Notons pour commencer que voter est d’abord un droit, acquis de haute lutte à l’issue d’un combat éprouvant, et inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme depuis 1948, quasiment 100 ans après que Victor Hugo ait proclamé lors du Discours d’ouverture du congrès de la paix qui s’est tenu à Paris en 1849 « Un jour viendra où les boulets et les bombes seront remplacés par les votes, par le suffrage universel des peuples ». Lire la suite…

Ni amalgame, ni déni

Par Bernard Ibal

Tout le champ sémantique du dégout, de la colère et de l’incompréhension a déjà été épuisé suite aux événements récents. Je m’en tiendrai à deux mots pour dénoncer deux grands maux à bannir de nos réactions face au massacre de policiers et journalistes de « Charlie-Hebdo » perpétré au nom de Dieu : amalgame et déni. Lire la suite…