famille 2

Le démariage et la famille Démonter le système Théry 3

Par Jean-Pierre Rosa

Dans son combat militant, Irène Théry utilise une méthode réthorique tout à fait classique qui consiste à « reformuler » – en le déformant – l’argument de l’adversaire pour mieux le réfuter par la suite.

Ainsi écrit-elle, à propos de la question du mariage et de la filiation : « On montrera comment une opposition est devenue le cadre obligé de tout débat : celle du « parent biologique » et du « parent social ». » A partir de ce présupposé, il n’est pas trop difficile pour Irène Théry de s’attaquer aux supposés tenants du « parent biologique »  – forcément attardés – et de promouvoir la mise en place d’une filiation instituée qui fait toute sa place au « parent social ». Mais soyons sérieux et revenons au réel. 

Le vieil adage « le père est celui que le mariage désigne » – qu’Irène Théry met en cause – n’a en effet absolument rien de « naturel ». C’est le mariage qui fait la filiation paternelle, la filiation maternelle n’ayant quant à elle pas besoin d’être établie. Nous avons ici, dans cette conjonction de l’adoption paternelle et de l’évidence maternelle, au cœur du mariage, une heureuse articulation du « biologique » et du « social », du naturel et de l’institué.

Le modèle alternatif qu’Irène Théry propose tient en un slogan : unité de la notion de filiation, peu importe son origine, et pluralité des « modalités d’établissement ». Par modalités d’établissement, il faut entendre la manière dont les enfants viennent au monde. Il s’agit en effet, pour Irène Théry, de « faire coexister, à égale dignité, trois modalités d’établissement de la filiation : l’engendrement par procréation charnelle, l’adoption, l’engendrement avec tiers donneur ».

Au fond, si l’on suit bien le raisonnement de l’auteur, la PMA est une modalité comme une autre d’ « établir la filiation », autrement dit d’avoir des enfants. Si bien qu’il serait, dans cette perspective, tout à fait possible d’imaginer un couple fertile – et l’ayant prouvé – recourir pour son second enfant à une technique procréative de type PMA. Ce raisonnement par l’absurde montre qu’il y a bien, qu’on le veuille ou non, une hiérarchie entre ces différentes modalités, la première étant l’original, les deux autres étant imitatives, palliatives ou réparatrices. Elles permettent, comme le stipule la loi actuelle, de remédier à l’infertilité du couple et ne peuvent être de pure convenance.

En réalité la proposition d’Irène Théry d’égaliser ces différentes « modalités d’engendrement », loin de donner une place équilibrée au biologique comme au social renforcerait une tendance que nous voyons aujourd’hui se développer et qui tend, en réalité, à donner la priorité aux « gènes ». En bref, la PMA pour tous !

Question pour finir : au nom de l’égalité de tous devant la filiation faudrait-il que l’assurance maladie rembourse ces actes « médicaux » ?

Jean-Pierre Rosa, membre de l’équipe du blog

Email this to someonePrint this pageShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Tumblr

10 Commentaires

  1. Nicole

    Cher ssf,
    On va replacer le débat sur des éléments concrets puisqu’à part commenter des articles d’autres chercheurs ou de presse, vous ne semblez pas vraiment connaître les sujets dont vous parlez. En France, un couple – pour le moment hétérosexuel – a droit à faire 5 pma remboursées par la sécurité sociale. Et cela s’adresse uniquement aux couples stériles. Alors vos délires d’un couple fertile qui se ferait une pma pour le plaisir. Parce qu’à choisir entre 5 minutes de plaisir ou le passage obligé par l’hôpital, je pense qu’il n’y a pas photo.
    Vous ne parlez que des couples mariés. Vous oubliez toutes les familles décomposées, ou le beau-parent peut effectivement jouer le rôle de parent social, ce qu’il est d’ailleurs dans de nombreux cas.
    En fait, votre modèle, c’est la famille un papa, une maman et des enfants. Bref, la famille Ricoré.

    « faire coexister, à égale dignité, trois modalités d’établissement de la filiation : l’engendrement par procréation charnelle, l’adoption, l’engendrement avec tiers donneur

    Je crois que vous refusez de voir la réalité. Ces trois modes de fonctionnement existent et tendent à se généraliser. Regardez autour de vous et vous serez surpris de voir le nombre d’enfants nés par pma. Au fond, ce débat sur le mariage homo a occulté tout le débat sur la pma pour les couples hétérosexuels (je rappelle que le premier bébé éprouvette date de 1982 en France) et la gpa pour les couples hétérosexuels, (dont je rappelle qu’elle est autorisée dans d’autres pays en Europe et ce sans rétribution aucune: http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/10/03/pma-gpa-quel-pays-autorise-quoi_4499828_4355770.html). Et a surtout montré qu’un certain nombre de manifestants répétaient à l’envie des slogans mais étaient très ignorants de l’origine et du fonctionnement de la pma et d’une certaine réalité des familles françaises existantes. C’est sûr qu’à rester dans un entre soi, on en oublie de voir le reste de la société.

  2. JPR

    Bonjour NIcole,

    Vous avez tout à fait compris mon raisonnement par l’absurde : la PMA est aujourd’hui un soin, un remède à l’infertilité. Elle s’adresse donc exclusivement aux couples stériles. L’argumentation du rapport Théry qui tend à la faire passer pour une manière comme une autre de mettre au monde est, vous le dites vous-même, absurde, voire même à la limite de l’imposture.

    D’ailleurs les chiffres sont là : 2.8% des naissances sont issues de PMA dont 95% d’homologues (intraconjugales) selon l’agence de Biomédecine, soit 1300 naissances avec IAD, sur 800 000 naissances.

    Pour ce qui est de la non-rétribution, allez voir les contrats américains. Ce sont des contrats commerciaux. Particulièrement en Californie.

    Enfin je n’ai pas parlé du mariage homo qui me semble effectivement hors-sujet.

    A force d’imaginer chez les autres ce que l’on pense y trouver, on finit par penser l’avoir lu !

  3. JPR

    Toujours à Nicole, en complément :

    Il y a une chose qu’Irène Théry justement refuse, c’est un statut du beau-parent. Et ceci au nom de l’intérêt supérieur de l’enfant !

    Mais il y en a une autre sur laquelle elle raison et que nous défendons depuis 2009 : c’est, en cas d’IAD, la levée encadrée de l’anonymat du donneur. :

    http://www.ssf-fr.org/offres/doc_inline_src/56/procrE9ation+assistE9e+lever+l5C27anonymat+des+donneurs.pdf

  4. Nicole

    Mais il y a d’autres modèles que la Californie. Que l’on autorise la GPA, après tout, pourquoi pas. Je vous rappelle qu’au Royaume-Uni, la Gpa est gratuite, et la mère porteuse a en dernier ressort le droit de garder l’enfant. Allez sur le lien que je vous ai mis du Monde, vous verrez qu’il existe une diversité des contrats pour la Gpa. Si on venait à l’autoriser en France, il faudrait simplement choisir les modalités. Et il n’est pas aberrant de considérer que cela peut-être un don gratuit (comme tout don d’organe). Geneviève Delaisi-Perceval parle elle de dédommagement. Pourquoi toujours copier sur les Etats-Unis ou l’Inde quand il existe à nos portes des pays démocratiques qui ont autorisé la GPA selon des règles acceptables ?
    Je vous invite d’ailleurs à regarder ce débat fort intéressant sur ce sujet:
    http://www.france2.fr/emissions/ce-soir-ou-jamais

  5. Nicole

    PS: on le sait que la PMA et réservée aux couples stériles. Pensez-vous que l’on accepterait qu’un couple non stérile ait accès à la Pma ? D’ailleurs quel couple non stérile irait se faire faire une pma à moins que l’un des deux soit porteur d’une maladie qu’il ne souhaite pas transmettre à son enfant ?
    De toute façon, ces débats sont stériles.

  6. Prune

    Stériles, ces débats ? Pas du tout.

    Regardez le site de Subrogalia et de sa fondation.
    Cela veut dire quoi pour vous, Nicole, qu’une mère porteuse soit garantie comme venant d’ « un pays écologiquement propre » ? Pour ne citer qu’une expression parmi d’autres.

    Quant à vouloir considérer le  » don de grossesse » comme un don d’organe, c’est vraiment un peu court.
    Une grossesse, non ou peu investie s’il s’agit de donner ensuite l’enfant, a des conséquences sur le corps d’une femme.

    Quant à Geneviève Delaisi de Parseval que vous citez, elle disait qu’avant 1982, « on faisait vraiment ce qu’on voulait ». La première loi de bioéthique de 1994 est venue après l’affaire du sang contaminé. Ne l’oublions pas.
    Des adultes conçus, avant la loi de 1994, par insémination artificielle avec donneur anonymisé, ont saisi la justice française et sont, pour certains, en attente de réponse.

    Nous ne sommes pas au pays des bisounours. La judiciarisation croissante autour de ces sujets le montre bien.
    Avec le recul qu’apportent x années d’expérience, s’interroger sur le droit d’adultes d’aller au bout de leur désir versus le droit d’autres adultes nés à partir de ces modes de conception est nécessaire.
    La discrimination qui consiste à priver définitivement, par volonté étatique, des personnes de l’accès à leurs origines a été résolue en GB, en Suède et ailleurs. Toujours pas en France.

    Le débat n’est pas stérile. Il y a encore bien des questions à résoudre.

  7. Tiberghien Pauline

    « la mère porteuse a en dernier ressort le droit de garder l’enfant….  » c’est ce que terra nova avait également proposé en 2010..comme c’est déculpabilisant n’est ce pas cette pirouette nauséabonde d’adultes qui se demandent tout à coup si ils n’ont pas été trop loin ? on marche sur la tête…

    Les médecins et les socio doivent arrêter cette schizophrénie permanente : »bonjour madame c’est pour un don d’ovocyte ? oh pas de problème ! vous savez, l’important c’est la grossesse ! l’ovocyte n’est rien? La génétique ? une invention de quelques individus déprimés qui passent à la télé ! l’important est LE lien que vous allez créer 9 mois ! allez, au revoir ! » …. « bonjour madame, c’est pour une GPA ? oh pas de problème, vous savez, la grossesse c’est pas tant que ça ! l’important c’est d’avoir un bébé avec vos ovocytes bien à vous ! c’est pas le fait de porter un enfant qui est important ! ces arguments là sont ceux du dangereux gang des poussettes qui défile en rose et bleu « 

  8. Nicole

    Mais vous croyez que les femmes qui ont recours à la gpa débarquent en disant – bonjour, je voudrais des ovocytes ? Elles ont fait au préalable un long parcours de tentatives d’insémination artificielle, au bout certainement de plusieurs années de tentatives par la méthode naturelle avec leurs maris. Vous semblez vraiment ignorants sur ces sujets.
    De toute façon, je pense que c’est un faux débat, car il me semble qu’il n’y a qu’une douzaine de couples ayant eu recours à la gpa en France. La plupart des femmes infertiles n’y ont pas recours, n’en ayant pas les moyens. Depuis le mariage homosexuel, on est dans une hystérisation des débats face à la réalité des chiffres et des situations. En France, à chaque fois qu’une situation a-normale est lancée sur la scène médiatique, celle-ci prend une ampleur disproportionnée par rapport à la réalité des chiffres. La plupart des Français se lèvent le matin, vont travailler, leurs enfants vont à l’école, et assistent au traditionnel repas dominical en famille. Tout le reste est une pure production de journalistes en mal d’ennui, qui lancent des sujets qui ne concernent qu’une extrême minorité de personnes et on en fait des débats nationaux, où tout le monde doit avoir un avis sur tout.
    Franchement, les ssf, êtes-vous concernés par le don anonyme de gamètes ? Etes-vous dans ce cas-là ? Les personnes concernés n’ont qu’à se monter en association et agir directement auprès des pouvoirs publics. La plupart des gens n’ont que faire de ses problèmes qui ne les concernent pas. Pourquoi toujours étaler sur la place publique ce type de problème ?
    En quoi êtes-vous concerné par le statut de beau-parent ? D’ailleurs, en quoi un tel statut serait mauvais ? Il existe des milliers de couples concernés, pourquoi effectivement ne pas donner un statut légal à des conjoints qui prennent une part importante à l’éducation d’enfants qui ne sont pas les leurs ?
    La société évolue, le pouvoir, qu’il soit législatif ou exécutif, ne fait bien souvent qu’entériner des situations existantes.

  9. JPR

    L’exemple de l’Angleterre est intéressant. La loi sur la GPA y est en effet assez stricte. Tellement que certaines personnes… font le voyage vers des cieux plus cléments ou plus accommodants. Le saviez-vous ?

    En quoi cela nous concerne ? Vous semblez vouloir faire de cette question une affaire de « spécialistes », mais nous ne sommes plus au temps des CECOS où les médecins faisaient ce qu’ils voulaient. Et se sont vu rappeler à l’ordre par le Conseil d’Etat au motif que ce n’est pas à eux de détenir l’Etat civil des donneurs de gamètes. Cette question est une question citoyenne, pas une question purement « médicale ».

    Faux-débat ou vrai débat ? D’un côté vous invoquez un nombre infime de femmes ou de couples ayant recours à la GPA. Tout en avouant qu’il y a bien un problème de coût et que la gratuité est toute théorique. De l’autre vous parlez, en finale, d’évolution de la société et d’un pouvoir législatif qui entérine des situations existantes.

    Excusez la comparaison mais à vous entendre, on aurait du laisser les femmes porter leur voile intégral puisque cela ne concernait qu’une poignée de personnes et que, de toutes façons, on ne peut rien contre les évolutions sociales.

  10. Nicole

    Justement, le pouvoir législatif s’est emparé du sujet des femmes voilées et en a fait une loi. Par ailleurs, balladez-vous dans certains endroits du sud de la France, vous verrez que les femmes voilées ne sont pas qu’un épiphénomène.

Laisser un commentaire