Tous les articles de la catégorie Santé

système de santé français

La Sécu, jusqu’où ? Quelle solidarité et quel soin pour notre système de santé ?

Par Mathieu Monconduit

Paradoxe : les Français sont extrêmement attachés à leur système de santé, mais s’alarment d’une hausse de la CSG et expriment, à l’égard des médecins, de l’industrie pharmaceutique et des vaccins en général une méfiance de plus en plus grande. Seraient-ils prêts à adhérer, aujourd’hui encore, au principe de solidarité qui le fonde ?

Alerte : le personnel soignant manifeste les signes d’un malaise profond (harcèlement, addictions) mais reste attaché à son statut et Lire la suite…

fecondation-in-vitro

PMA : la convergence des luttes

Tous les mois, retrouvez Pierre-Yves Stucki et sa chronique sur la pensée sociale et l’actualité, au micro de Paul Keil sur RCF Jerico.

À partir de la chronique du 22 septembre 2017.

 

La nouvelle année s’annonce très intense et les sujets ne manqueront certainement pas où « le trésor le mieux gardé de l’Église », sa doctrine sociale, pourra aider au discernement. Parmi les dossiers de cette rentrée, il y a l’annonce par la Secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, Mme Schiapppa, de l’extension de la procréation médicalement assistée à toutes les femmes, et donc en particulier aux femmes seules ou en couple homosexuel. Lire la suite…

images

Le traitement de la santé dans la campagne présidentielle, reflet de notre société ?

Par Mathieu Monconduit

Dans une campagne présidentielle, mettre en avant des propositions significatives pour faire évoluer le système de santé revient-il à une partie de roulette russe ? Avant même que François Fillon en ait fait l’expérience avec une proposition pour séparer petits en grands risques et en répartir les charges entre Assurance Maladie et OCAM (Organismes Complémentaires d’Assurance Maladie), le sujet ne s’était que prudemment invité dans les programmes des candidats. Lire la suite…

accélération

La lenteur comme avantage concurrentiel ?

Par Jean-Pierre Rosa

Le principe de l’avantage concurrentiel est simple : si je propose un produit innovant et demandé, je détiens un avantage sur mes concurrents. Ce principe fonctionne entre entreprises mais aussi entre États, voire, dans une moindre mesure et lorsque les circonstances y portent, entre individus. Il est particulièrement mis en œuvre – sous sa forme la plus brutale – en temps de guerre. Il est alors source de découvertes techniques et scientifiques accélérées dans tous les domaines. En temps de paix, c’est ce principe qui fait du marché une sorte d’organisme vivant, où les acteurs passent leur temps et leur énergie à produire des avantages concurrentiels, à les maintenir ou à attaquer ceux de leurs concurrents. Entre individus, il est la plupart du temps subi : ce sont alors un certain nombre de capacités humaines qui sont mobilisées : vitesse d’exécution ou de compréhension, adaptabilité etc. Dans le cas du sport, il utilise non seulement les caractéristiques personnelles mais aussi la technique – tant qu’elle est légale et qu’un souci d’égalité entre les concurrents n’est pas venu en réguler l’usage. Lire la suite…

cerveau

Cas de conscience minimale : l’apport des neurosciences

Par Catherine Belzung

L’histoire de la petite Marwa, une petite niçoise de 16 mois hospitalisée en septembre 2016 suite à un virus foudroyant, a une nouvelle fois relancé le débat sur la façon d’accompagner des personnes atteintes de lésions neurologiques sévères. Alors que le débat sur le maintien en vie du bébé faisait rage, le Conseil d’Etat a statué le 8 mars 2017, ordonnant la poursuite des traitements, à la grande joie des parents. Qu’en penser ? Est ce bien raisonnable ? Lire la suite…

Perturbateurs_endocriniens

Perturbateurs endocriniens, communication perturbée

Par Jérôme Vignon

Chroniqueuse au Monde, Pascale Ducourtrieux déplorait le 9 mars que « l’on parle si peu d’Europe en France ou en termes si caricaturaux … ». Même si la formule semble étrange de la part d’une journaliste, elle n’en est pas moins juste et traduit l’anxiété qui entoure désormais la parole sur l’Europe dans notre pays. Un récent exemple donne à le méditer.

Mardi 28 fé Lire la suite…

Couverture sociale

Un projet pour la santé ?

Par Mathieu Monconduit

La campagne présidentielle incite à la créativité. Stimulés par des propositions décapantes sur la réduction du déficit public et la mise à contribution des acteurs de l’Assurance privée, aiguillonnés par de vieux scandales venus de pollueurs en santé tolérés par l’UE, des engagements concernant la santé sortent des tiroirs, donnant l’impression d’une vaste surenchère. Lire la suite…

illus2-1

Arrêté sur le sang d’un cordon : l’anti-jugement de Salomon

Par Jean-Pierre Rosa

Le Tribunal de Grande Instance de Grasse vient d’autoriser le 21 novembre dernier un couple à faire conserver par une biobanque privée britannique le sang du cordon ombilical de leur enfant – une petite fille née le 14 décembre. Cette conservation est payante – elle donne lieu à un bénéfice pour la société britannique – et il est stipulé que les cellules conservées ne pourront être utilisées que par les personnes que la famille autorisera à en bénéficier.Ce jugement introduit une brèche dans la loi de bioéthique de 2011 qui avait autorisé le prélèvement et la conservation du sang de cordon ombilical, mais uniquement pour effectuer un don anonyme et gratuit.

Lire la suite…

image002

Don de sang de cordon : promouvoir l’altruisme plutôt que le cynisme commercial

Par Catherine Belzung

Pour la première fois en France, un tribunal (celui de Grasse) vient d’autoriser un couple à faire conserver par une société privée britannique (une biobanque) le sang du cordon ombilical de leur futur enfant (à naître le 18 décembre). L’intérêt ? Pouvoir soigner cet enfant si dans le futur il déclare une maladie qui pourrait être guérie grâce aux cellules souches pluripotentes contenues dans ce sang de cordon. Une médecine préventive en quelque sorte. La famille argumente en effet que plusieurs grands parents du futur bébé sont décédés de cancers digestifs, ce qui expose l’enfant à un risque élevé de déclarer ce type de maladie quand il sera devenu adulte. Et d’espérer que dans le futur, grâce aux éventuels progrès de la science, ces cellules souches pourraient permettre soit de régénérer un tissu malade, soit de récupérer des forces par exemple après une chimiothérapie. Lire la suite…

carte_vitale_anonyme

Un système de santé solidaire?

Par Mathieu Monconduit

Oui , il faut sauver le caractère solidaire de l’Assurance maladie, qui témoigne encore de la volonté de mettre à égale disposition de tous, riches ou pauvres, habitants des villes ou des campagnes, les ressources de soins adaptés à leur état de santé. Oui il y a de nombreuses pistes pour améliorer Lire la suite…