Tous les articles de Delphine Bellanger

Contribution_(en_points)_de_la_croissance_des_pays_à_celle_du_monde

La croissance

Par Paul Champsaur

L’histoire économique de l’après-guerre décrit l’affaiblissement progressif mais continu de la croissance. Pendant les 30 années qui ont suivi la libéralisation, la croissance en France et en Europe occidentale fut proche de 5% l’an. Pendant les 30 années après le premier choc pétrolier, elle ne fut plus que d’environ 2% l’an. Ce fut général en Europe occidentale avec une croissance du chômage dans l’Europe du Sud, dont le taux s’établit environ 4% au-dessus de celui de l’Europe du Nord. Depuis la grave crise de 2008, la croissance est plus faible encore : à peu près 0,4% l’an en France et dans la  zone euro sur les 9 ans de 2008 à 2016.

Lire la suite…

Presidentielle 2017 second tour Macron LePen

Notre responsabilité

Par Dominique Quinio

Voter est affaire sérieuse, un acte qui engage, une voix qui porte au loin, même perdue au milieu d’un océan d’autres voix. La colère, la peur, la déception ne devraient pas orienter le choix des électeurs, ni même d’ailleurs les « consignes » de vote. Personne ne peut se dire propriétaire des voix. Mais tous ceux qui ont une responsabilité politique, associative, culturelle, sociétale – au nom de leur histoire, les Semaines sociales se sentent ce devoir – peuvent clairement exprimer leur opinion pour aider au libre discernement de chacun. Lire la suite…

images

Le traitement de la santé dans la campagne présidentielle, reflet de notre société ?

Par Mathieu Monconduit

Dans une campagne présidentielle, mettre en avant des propositions significatives pour faire évoluer le système de santé revient-il à une partie de roulette russe ? Avant même que François Fillon en ait fait l’expérience avec une proposition pour séparer petits en grands risques et en répartir les charges entre Assurance Maladie et OCAM (Organismes Complémentaires d’Assurance Maladie), le sujet ne s’était que prudemment invité dans les programmes des candidats. Lire la suite…

Justice

Le tribunal des urnes

 Par Dominique Quinio

« En démocratie, c’est le peuple qui donne le pouvoir aux gouvernants (…) Je suis debout devant le suffrage universel ».  Alors qu’il avait affirmé le contraire, le 26 janvier sur TF1, François Fillon a décidé de maintenir sa candidature à l’élection présidentielle en dépit de sa mise en examen dans l’affaire des soupçons d’emplois fictifs concernant son épouse et deux de ses enfants.  « Je m’en remets désormais au seul jugement du suffrage universel », a-t-il dit encore dans le Figaro. Lire la suite…

Perturbateurs_endocriniens

Perturbateurs endocriniens, communication perturbée

Par Jérôme Vignon

Chroniqueuse au Monde, Pascale Ducourtrieux déplorait le 9 mars que « l’on parle si peu d’Europe en France ou en termes si caricaturaux … ». Même si la formule semble étrange de la part d’une journaliste, elle n’en est pas moins juste et traduit l’anxiété qui entoure désormais la parole sur l’Europe dans notre pays. Un récent exemple donne à le méditer.

Mardi 28 fé Lire la suite…

maxresdefault

Face à la PRAF-attitude

Par Jean-Pierre Rosa

Le livre de Brice-Teinturier sur la PRAF-attitude (Plus rien à faire, plus rien à foutre, la crise de la démocratie) risque bien d’être le plus noir mais aussi le plus abouti des essais sur la crise de la démocratie. Loin de diagnostiquer dans la crise actuelle une simple défiance, même profonde, comme un Pierre Rosanvallon, il lit dans les multiples sondages politiques de ces dernières années, non plus une colère contre une démocratie confisquée par des élites lointaines et profiteuses, mais la montée de quelque chose de bien plus inquiétant : le désintérêt. Lire la suite…

drapeau

L’EUROPE, AUTREMENT ?

Par Philippe Segretain

La Session 2017 des Semaines Sociales de France portera sur l’Europe, comme les Semaines sociales ont su déjà le faire, notamment en 2004 moment heureux ou l’analyse politique a pu déboucher sur une formulation actualisée et porteuse de l’ambition des pères fondateurs. Le choix de ce thème pour 2017 n’est  pas en rupture avec cette histoire, ni avec la sensibilité politique de chrétiens engagés autour des analyses sur la responsabilité de l’Europe rappelée par le Pape François quand il reçut le prix Charlemagne Lire la suite…

Les 3 idées de Sylvie Goulard pour redonner du souffle à l’Europe

Conférence donnée par Sylvie Goulard le 25 janvier 2017 pour les Semaines sociales de Paris

Migration

L’immigration syrienne

Par Paul  Champsaur

La vague d’immigration syrienne en Europe met au premier plan l’accueil des immigrants en France. Un réfugié est un migrant qui a demandé l’asile et l’a obtenu. Il n’est plus expulsable. La grosse majorité des immigrants ne demandent pas l’asile. Jusqu’en 2014 sur plusieurs dizaines de milliers de demandeurs d’asile par an, d’origines très diverses (Afghanistan, Albanie, Bangladesh, Irak, Tchétchénie,…), seuls un quart environ obtenaient le statut de réfugié. De ce fait dans la suite on ne parlera que d’immigrants.

L’immigration était sur les dix dernières années de 210000 personnes par an*, avec une hausse les dernières années, d’où un accroissement de 100000 personnes de la population immigrée (5,9 millions). Car il y a chaque année 50 000 décès d’immigrés et 60 000 d’entre eux quittent le territoire (étudiants,…). La hausse de l’immigration depuis 2009 jusqu’au début de 2014 était d’origine européenne du fait de la crise économique. L’immigration non européenne représentant environ 50% du total. L’immigration en France était, en proportion, la moitié de celle des pays de l’OCDE. La France n’est plus un pays d’immigration importante, notamment en comparaison européenne. Lire la suite…

image002

Don de sang de cordon : promouvoir l’altruisme plutôt que le cynisme commercial

Par Catherine Belzung

Pour la première fois en France, un tribunal (celui de Grasse) vient d’autoriser un couple à faire conserver par une société privée britannique (une biobanque) le sang du cordon ombilical de leur futur enfant (à naître le 18 décembre). L’intérêt ? Pouvoir soigner cet enfant si dans le futur il déclare une maladie qui pourrait être guérie grâce aux cellules souches pluripotentes contenues dans ce sang de cordon. Une médecine préventive en quelque sorte. La famille argumente en effet que plusieurs grands parents du futur bébé sont décédés de cancers digestifs, ce qui expose l’enfant à un risque élevé de déclarer ce type de maladie quand il sera devenu adulte. Et d’espérer que dans le futur, grâce aux éventuels progrès de la science, ces cellules souches pourraient permettre soit de régénérer un tissu malade, soit de récupérer des forces par exemple après une chimiothérapie. Lire la suite…