hands-462298_1280

Qu’est-ce qu’un salaire juste ?

Tous les 15 jours, retrouvez Pierre-Yves Stucki invité au micro de Paul Keil sur Radio Jerico pour une chronique sur la pensée sociale et l’actualité.

A partir de la chronique du 20 septembre 2016

Le conflit des producteurs de lait, contre le groupe Lactalis en particulier, a marqué l’actualité sociale de cet été. Fin août, un accord a permis de revaloriser un peu le prix de vente du lait avant que la filière bovine ne fasse, à son tour, pression sur la grande distribution.

Il y a bien sûr des causes structurelles à cette situation,  notamment la surproduction après la fin des quotas européens. Résultat, l’offre dépasse la demande et les prix baissent jusqu’au moment où ils touchent une barrière infranchissable, celle des coûts de production. Les producteurs travaillent à perte, ce qui n’est évidemment ni juste ni tenable. Mais le salarié n’a pas cette butée : impossible de s’adosser à une telle barrière pour fixer son salaire. Comment faire alors ? Comment déterminer ce qu’est un juste salaire ?

On pourrait d’abord penser que le salaire est calculé à partir de ce que le collaborateur rapporte à son entreprise. Sauf qu’il est souvent impossible de déterminer vraiment ce que rapporte une personne, par exemple pour des fonctions support. En outre, cela peut justifier tous les excès : après tout, si un joueur de foot rapporte des millions à son club, ou un trader à sa banque, pourquoi ne pas les payer des millions ? Or Jean XXIII l’affirme : « Il y a injustice s’il y a à la fois des salaires insuffisants et des rémunérations anormalement élevées. » L’écart est donc un tout premier critère qui oblige à fixer les salaires les uns par rapport aux autres. C’est dans cette ligne que les économistes chrétiens Gaël Giraud et Cécile Renouard proposent le « facteur 12 » comme multiple indépassable du salaire de base.

Une autre réponse serait que le salaire est juste s’il a été librement convenu entre les parties. Mais  c’est une règle valable, dans certaines conditions, pour la fixation des prix mais pas pour les salaires – ce que dit clairement le Catéchisme de l’Eglise catholique : « une convention entre l’employeur et l’employé ne suffit pas à justifier moralement le salaire ». Le salaire n’est pas le « prix de vente » du travailleur – sauf pour ceux qui rêvent d’une société atomisée où il n’y aurait plus que des travailleurs indépendants se vendant comme ils le peuvent à qui veut bien.

La pensée sociale de l’Eglise rappelle en outre que le travailleur est d’abord une personne, qui vit dans une communauté et en premier lieu une famille, dont il, ou elle, a la charge. Et la rémunération est juste, avant tout, si elle lui permet de faire vivre dignement sa famille : « Une juste rémunération du travail de l’adulte chargé de famille est celle qui sera suffisante pour fonder et faire vivre dignement sa famille et pour en assurer l’avenir. » (Laborem exercens, 19) C’est-à-dire non seulement pour vivre au quotidien mais aussi pour se constituer une épargne et accéder à la propriété.

 

Bien sûr, même s’il existe dans la fonction publique le « supplément familial de traitement », versé à un agent en fonction du nombre d’enfants dont il a la charge, aucune entreprise n’acceptera de payer deux fois plus un salarié parce qu’il a deux fois plus de charges familiales !

Cela montre que le salaire juste ne peut pas toujours être garanti uniquement par l’entreprise. C’est là qu’apparaît la nécessité de mesures sociales pour établir cette justice, avec par exemple les allocations familiales ou le quotient familial, ce qui implique un financement mutualisé de ces mesures par la voie de l’impôt ou des charges.

Pierre-Yves Stucki et Jean-Pierre Rosa

 

 

Email this to someonePrint this pageShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Tumblr

Trackback pour cet article

  1. Doctrine sociale ou sociétale ? | La tribune des Semaines

Laisser un commentaire