Londres, l’Islam et la laïcité

Par Denis Vinckier

Le nouveau maire de Londres est donc musulman. On en sait maintenant un peu plus sur les ressorts de cette élection londonienne. Il semble que cette affaire d’appartenance religieuse ait aussi servi aux uns et aux autres pour se différencier comme on dit et au final pour se départager.

Instrumentalisation politique ? Certainement. Dans laquelle la presse s’est engouffrée la première. C’est ce que j’ai retenu. J’ai aussi retenu que les programmes de deux candidats n’étaient pas si différents sur le fond, mais que le travailliste était pro-européen. Il prend ainsi la place de celui qui veut s’engouffrer dans un grand saut en avant dans l’inconnu. Gageons que le nouveau venu aidera à ancrer le royaume britannique un peu dans l’idéal européen dont le Pape François vient de redire combien il est d’actualité et il doit être porté par des hommes et des femmes de bonne volonté.

Mais revenons sur les gros titres anglais puis repris en boucle en France : le nouveau maire de Londres est un musulman. On n’aurait jamais mis en avant le fait qu’il soit catholique ou protestant. La réaction de Finkelkraut sur ce sujet est démesurée mais son argumentation est peut-être juste cependant sur un point : les gens préfèrent l’émergence par le bas à la transmission par les crêtes.  En bref le pauvre méritant a gagné contre le riche héritant. Mais fallait-il en faire autant ? Les responsabilités sont partagées. Pour une fois, tous coupables je crois, candidats, médias.

C’est par ailleurs dommage d’en avoir fait tant dans une forme de mise en scène alors même que la plus grande mégalopole de l’Asie du Sud-Est et capitale du plus grand pays musulman, Jakarta, est gouvernée depuis novembre 2014 par un chrétien, Basuki Tjahaja Purnama, issu de la minorité chinoise. Ce n’est qu’un exemple et il suffirait d’ajouter qu’en Palestine, les villes de Ramallah, Birzeit, Bethléem, Zababdeh, Jifna, Ein ‘Arik, Aboud, Taybeh, Beït Jala et Beït Sahour ont des maires chrétiens ou ont eu récemment des maires chrétiens.

Un certain nombre d’élus ou de militants associatifs de confession musulmane très engagés et irréprochables ont eux aussi mis en avant la religion du  nouveau maire de Londres. Je suis sûr qu’ils l’ont fait pour montrer que la République et la Démocratie étaient en mesure de promouvoir les qualités et les valeurs au-delà de l’appartenance religieuse. Va-t-on retenir cela après les gros titres de la presse ? J’en doute. Pourtant c’est une bonne nouvelle pour le monde en général et Londres en particulier, qu’une personne de culture et de confession musulmane, accède à la fonction majorale.

Quand je vois le temps que les catholiques ont mis pour accepter la République, je me dis que l’enjeu pour l’Islam est là, dans une réalisation et une pacification dont le nouveau maire de Londres est l’incarnation…. C’est donc à nous, chrétiens sociaux du XXIème siècle, qui portons l’héritage fait de ce parcours à la fois religieux et politique, d’accompagner nos amis musulmans, de promouvoir les convergences heureuses entre confessions, religions et pouvoirs publics comme c’est le cas à Lyon … et de veiller à la prudente neutralité des commentateurs patentés.

Denis Vinckier, membre du Conseil des Semaines sociales de France

 

 

Partagez sur : Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

3 Commentaires

  1. Jean-Pierre

    Je suis bien d’accord avec tout ceci, même si je trouve que la mise en avant de la religion du maire de Londres est excessive voire même un rien scandaleuse. Ce que l’on demande à un maire, c’est de gérer sa ville, pas de faire des génuflexions ! Mais à côté de cela, je voudrais savoir, très concrètement, comment les chrétiens peuvent « ’accompagner leurs amis musulmans, et promouvoir les convergences heureuses entre confessions, religions et pouvoirs public » ?

    • Vinckier Denis

      Bonjour et merci
      Très concrètement en multipliant les occasions de rencontres au quotidien.
      Et el allant plus loin :
      Initiative de fabrique de la laïcité dans notre métropole avec une première grande étape le 5 novembre prochain

  2. Michel Deflin

    Merci Denis pour cette mise en perspective géo-culturelle et géo-religieuse très instructive. Cet article est de plus un bon contrepoint du bruit médiatique qui a trop souvent tendance à souffler sur les braises ou agiter le chiffon rouge.

Laisser un commentaire