grèce

Le sort des Grecs et le nôtre

Par Jérôme Vignon

L’Union Européenne et la Grèce forment désormais un vieux couple, puisque l’adhésion de la Grèce à la CEE date maintenant de 1981, l’année en France de  « l’alternance ». Lorsque qu’un vieux couple connaît des tensions récurrentes, il est bon de se souvenir des raisons initiales qui l’ont fait s’accorder ? Dans ce cas, ces raisons étaient clairement fondamentales. Il s’agissait pour Constantin Caramanlis  et Valéry Giscard d’Estaing d’ancrer à Grèce dans la démocratie, fût-ce par le détour d’une alliance économique, celle du Marché commun. De fait la Grèce, par la suite membre de l’UE, a certes démontré d’extraordinaires négligences et de très graves manquements, mais n’a jamais manqué de soutenir, au fil des ajustements successifs des traités européens, la vocation politique de l’UE à être un modèle d’application des valeurs démocratiques dans l’application de ses propres actions.
L’accord adopté au petit matin du 13 juillet à Bruxelles par les chefs d’États et de gouvernement  a pour seul mérite de ne pas donner le signal que la Grèce est laissée économiquement et socialement à son sort. En ce sens, il fait mémoire de la promesse initiale. Il comporte, heureusement des améliorations par rapport  à une feuille de route proprement épouvantable concoctée le 12 juillet par les ministres des finances de l’Euro groupe : non seulement draconienne, elle comportait une intrusion invraisemblable dans la vie démocratique intérieure de la Grèce. Le fonds de gestion des actifs privatisés restera en Grèce plutôt que de migrer au Luxembourg.
Cependant pour certains économistes réputés, tel l’Américain Paul Krugman, le compromis aurait dû comporter des allègements directs de la dette grecque pour desserrer l’étau qu’elle  fait peser sur la relance de l’économie. Les mesures de croissance souhaitées par exemple par « Notre Europe » pour donner espoir et compenser les effets récessifs d’un « paquet structurel » encore plus strict que celui rejeté par les Grecs le 5 juillet, n’y apparaissent pas en première lecture. Il est donc à craindre que les difficultés fondamentales ne réapparaissent. Ce ne sont pas seulement celles des Grecs : il s’agit des finalités mêmes de notre Union, mise au pied du mur de franchir un nouveau cap ou de lentement se défaire.
Jérôme Vignon, président des Semaines sociales de France

Email this to someonePrint this pageShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Tumblr

1 Commentaire

  1. Jean-Pierre

    Voilà ce que disait Jean Boissonnat, président des SSF, du petit livre très acide de Jean-Yves Calvez « Changer le capitalisme », paru en 2001, qui faisait le constat d’un retour de l’arrogance du capitalisme international après la chute du Mur :  » Puisque le capital est devenu prééminent, c’est lui qu’il faut démocratiser. Non seulement pour mieux en répartir les fruits, mais aussi pour répartir le pouvoir. Au passage, Jean-Yves Calvez remet en cause l’héritage dans ses formes actuelles. En vérité, le capitalisme n’a jamais cessé de changer ; c’est même pour cela qu’il est encore vivant. Mais il a changé sous la pression : celle des forces sociales organisées (les syndicats) ; celle d’un régime concurrent (le communisme). Aujourd’hui, la question est de savoir sous la pression de qui et de quoi il peut continuer de se réformer. Des consommateurs ? Il les gâte. Des travailleurs ? Il les divise en fermant les usines et en répartissant les salariés dans les services ; au besoin, il les indemnise. De la politique ? Elle est dévalorisée par ses excès du XXe siècle. Alors, en effet, il faut exercer une contestation de caractère spirituel. La première fonction des chrétiens dans un monde sans idéologie est sans aucun doute une fonction critique ».

Laisser un commentaire