Le Pape, l’Europe et Charlemagne : restaurer le rêve, affronter la réalité

Par Jérôme Vignon

Ce Pape ne cessera de nous étonner. On pensait qu’il avait déjà tout dit sur l’Europe. D’abord à Lampedusa dans une exhortation à l’hospitalité, ensuite à Strasbourg dans un rappel à l’élan des fondateurs, encore récemment de retour du Brésil sur la contribution unique de l’Europe au monde. Voici qu’en se faisant remettre à Rome le prix Charlemagne, il franchit un pas supplémentaire dans l’ordre symbolique qui est bien celui de l’identité européenne.

En se tournant fraternellement vers les Européens d’aujourd’hui, presqu’en les serrant dans ses bras, il restaure en eux la vitalité du rêve européen avec des images puissantes, nourries de références historiques inédites à De Gasperi, Schuman, Adenauer. Car il sait bien, ce Pape, que le rêve est ce qui déplace les montagnes. 

« Le visage de l’Europe ne se distingue pas en ce qu’elle s’oppose aux autres civilisations, mais par le fait de porter imprimés les traits de diverses cultures et la beauté de vaincre les fermetures ». L’Europe, c’est cette synthèse toujours à faire, entre les cultures, entre les peuples. Et de convoquer à l’appui du rêve ce qui lui a déjà permis au fil des siècles d’advenir : un certain art d’intégrer sans assimiler, de dialoguer sans relâche, d’engendrer plutôt que de conquérir. L’image, chère au Pape, de l’engendrement, de ces processus qui transforment leurs protagonistes dans le temps plutôt que de les assigner à un espace, trouve dans le mouvement de convergence initié par l’appel de Schuman un écho saisissant. Aussi le Pape évoque-t-il à plusieurs reprises non plus « l’Europe grand’mère » mais une « Europe-mère », matrice féconde d’une évolution pacifique des peuples et de leurs nations.

Comment passer de ce rêve restauré à nos réalités décourageantes ? Le Pape n’y va pas par quatre chemins. Il faut prendre le contre-pied de cette « économie liquide » où l’Union européenne est engluée, étroitement réduite à des enjeux de court terme qui tournent le dos aux équilibres de « l’économie sociale de marché ». Il s’agit au contraire de retrouver les dynamiques d’investissement social qui engendrent emplois, qualifications et participation de tous à la vie commune. Il faut pour cela constituer entre les peuples et les nations de nouvelles alliances, pas seulement économiques, mais aussi culturelles, sociales, religieuses, afin de « promouvoir une intégration qui trouve dans la solidarité la manière de faire les choses ». Au passage, le Pape annonce à son public composé de responsables politiques besognant au jour le jour sur des aménagements millimétriques des budgets et des législations qu’il s’agit de bouleversements institutionnels majeurs, si l’on veut refonder, avec l’Europe face aux défis du monde, une sorte de nouvel âge de l’humanisme.

Alors que faire ? Si comme le dit aussi Jacques Delors, autre récipiendaire du prix Charlemagne dans un ouvrage paru quelques jours avant le discours du Pape François1, il ne convient pas de « parler d’une réforme des institutions européennes, car personne n’en veut », ne sommes- nous pas dans une impasse ? Selon la sagesse patiente et gradualiste qui lui est propre et que ne désavouerait sans doute pas François, Jacques Delors ouvre dans cet ouvrage des routes praticables. Elles ont le mérite d’être globales et accessibles à l’initiative des politiques et des citoyens. Il faudrait, dit-il, « quelques mesures qui montrent que l’intégration progresse et profite, je pense à l’Union économique et monétaire. Et aussi au dialogue social que j’avais lancé. Car au fond quand des partenaires aussi importants que les syndicats et le patronat se rencontrent sans avoir l’air de perdre leur temps, c’est mieux ». Sur cette base, le climat ayant changé, on pourrait aller plus loin. Et renouer avec le rêve européen.

Jérôme Vignon, président des Semaines sociales de France

1 « L’homme qui ne voulait pas être roi, conversations avec Jacques Delors, de Cécile Amar chez Grasset.

 

Partagez sur : Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

1 Commentaire

  1. Merci beaucoup à Jean-Pierre Rosa et bien sûr d’abord à Jérôme Vignon. Pour un Français comme moi qui ai consacré ma vie depuis 45 ans aux peuples du Moyen Orient, l’attitude du Pape François est un immense réconfort. Car le chaos qui règne au Moyen Orient est tellement lié au chaos de l’Occident et de l’Europe en particulier que le seul espoir pour tout le monde est de revenir humblement à un sursaut de conscience et de sagesse qui nous fasse de nouveau rêver et réaliser des relations différentes à tous les niveaux. Il y a évidemment beaucoup à faire, mais ne pas le faire serait une sorte de suicide collectif…

Laisser un commentaire