Tous les articles de la catégorie Bioéthique

Avec la loi fin de vie, le mal mourir est il guéri?

Par Mathieu Monconduit

Alain Claeys (PS) et Jean Leonetti (LR), co rapporteurs, de la Loi dite « fin de vie »  en ont, chacun, livré leur vision avant le vote final du parlement le 27 janvier. En étant attentif aux passages mis en exergue ou au contraire omis par chacun d’eux Lire la suite…

Gestation pour autrui ou location d’utérus ?

Par Jérôme Vignon                       

Ce 2 février 2016, à l’invitation de Laurence Dumont, vice présidente PS de l’assemblée nationale, des assises mondiales convoquées par des associations féministes à dominante française s’était rassemblées autour d’une charte destiné à « enjoindre les Etats  de l’Union européenne d’agir pour exclure ou abolir en Europe,  et si possible au-delà,  toute loi ou réglementation visant à autoriser  la pratique de la maternité de substitution, contraire au respect de la personne humaine ».  Lire la suite…

Modifier génétiquement l’embryon humain ?

Par Catherine Belzung

Modifier génétiquement des embryons et toute leur descendance ? L’idée est non seulement lancée dans quelques esprits, mais déjà en marche concrètement.. En effet, au début de cette semaine, le comité d’éthique britannique (le Human Fertilisation and Embryology Authority) a donné à des chercheurs d’un laboratoire de Londres l’autorisation de modifier génétiquement des embryons humains grâce à une nouvelle technique d’édition du génome : CRISPR-CAS9. Derrière cet acronyme barbare se cache une méthode simple d’utilisation, économique et facile d’accès. Lire la suite…

Assises pour l’abolition universelle de la maternité de substitution

Par Jean-Pierre Rosa

C’est un événement tout à fait remarquable qui vient d’avoir lieu ce 2 février, à l’Assemblée Nationale. Plusieurs associations et personnalités européennes conviées par Madame Laurence Dumont, première vice-présidente de l’Assemblée Nationale, ont signé la Charte pour l’abolition universelle de la maternité de substitution. Lire la suite…

Protection universelle maladie : l’État providence détrône le travail et les syndicats

Par Mathieu Monconduit

Cette année dans le projet de Loi de financement de la Sécurité Sociale , en sus des chiffres de la protection sociale et des comptes de la santé, se glisse un changement structurel majeur. Lire la suite…

Origines : vers le droit de savoir pour s’ancrer

Par Blandine de Dinechin

Des personnes conçues par insémination artificielle avec tiers donneur anonymisé ont demandé à connaître toutes leurs origines (données personnelles et/ou identité de leur géniteur). Elles n’ont pas eu gain de cause avec la dernière loi bioéthique. Des experts favorables à la reconnaissance du « donneur d’engendrement » soutenaient pourtant qu’ils étaient « des humains comme les autres ». D’où des recours à la Justice. Ainsi le Conseil d’État va encore statuer, avant la fin de l’année 2015, pour une femme conçue par IAD (Insémination avec donneur) en demande d’accès à ses origines, mariée à un homme conçu également par IAD. Lire la suite…

Vaccination : penser à l’intérêt général

Par Catherine Belzung

Ces dernières années, le taux de défiance envers l’idée de se faire vacciner a augmenté sans cesse, au point que la Ministre de la santé, Marisol Touraine, a commandé un rapport à la députée Sandrine Hurel dans le but d’élaborer des pistes pour « améliorer le taux d’adhésion » des français.  Ce rapport devrait être rendu pour la mi-octobre. Lire la suite…

Bioéthique : des racines profondes

Par Catherine Belzung

Ces dernières années, l’évolution des techniques dans le domaine de la médecine a été à l’origine de bien des questions éthiques, en particulier celles liées à la biologie de la reproduction. Pensons par exemple aux diverses possibilités permises par les méthodes de Procréation Médicalement Assistées (PMA) comme l’insémination artificielle ou la Fécondation in vitro (à deux ou, plus récemment, à trois), aux recherches sur l’embryon, etc… Lire la suite…

Neuro-justice, neuro-éthique : une nouvelle ruse pour nourrir l’irresponsabilité ?

Par Catherine Belzung

La chose n’est pas nouvelle, puisque cela fait longtemps qu’un diagnostic psychiatrique est considéré comme entravant le libre arbitre d’une personne, au point de la rendre irresponsable d’acte criminels qu’elle aurait pu commettre lors d’une crise liée à sa maladie.  C’est par exemple ce qui arriva à Louis Althusser lorsqu’il étrangla sa femme dans un moment de démence : bien que l’acte criminel ait été établi, il fût jugé pénalement irresponsable, les juges considérant que son discernement avait été altéré au moment des faits. Et l’on sait combien ce jugement d’irresponsabilité fût douloureux pour le philosophe. Cependant, jusqu’à présent, cette disposition ne concernait que les cas de pathologies avérées, et il n’était pas considéré que la biologie pourrait permettre de dédouaner le comportement d’une personne normale. Les choses sont en train de changer cependant, et nombreux sont les cas de prévenus accusés de crimes odieux qui se défendent en prétextant  ne pas être responsables des actes qu’ils ont commis, accusant leur biologie  – leur cerveau ou leurs gènes selon le cas – qui deviendraient les vrais coupables. Qu’en penser ? Lire la suite…

loi sur la fin de vie: des défis pour les professionnels en santé mentale

Par Vincent Camus

Le débat sur la fin de vie a pris une place prépondérante dans l’agenda politique en France au cours de ces derniers mois. Il fait émerger de manière prégnante la question de la légalisation du suicide médicalement assisté qui pourrait être considéré comme une évolution d’autant plus favorable du cadre légal actuel, qu’elle apparaitrait comme un position raisonnablement équilibrée entre refus de toute évolution du cadre actuel et légalisation de l’euthanasie active. Lire la suite…