Tous les articles de

Le réalisme du vote

Par Jean-Pierre Rosa

Un ami, ancien haut-fonctionnaire, me fait parvenir cette prise de position, pour laquelle j’avoue avoir une grande symapthie et convergence de vues, comme une récente tribune l’atteste :

« A une semaine du premier tour des présidentielles et au regard des derniers sondages qui nous donnent Marine Le Pen et Emmanuel Macron en recul à 22%, Jean-Luc Mélenchon en hausse à 20%, François Fillon à 19% et Benoit Hamon en dessous de 10%, il apparaît que se profile un véritable scénario « catastrophe » : un second tour entre Marine Le Men et Jean-Luc Mélenchon. Lire la suite…

La lenteur comme avantage concurrentiel ?

Par Jean-Pierre Rosa

Le principe de l’avantage concurrentiel est simple : si je propose un produit innovant et demandé, je détiens un avantage sur mes concurrents. Ce principe fonctionne entre entreprises mais aussi entre États, voire, dans une moindre mesure et lorsque les circonstances y portent, entre individus. Il est particulièrement mis en œuvre – sous sa forme la plus brutale – en temps de guerre. Il est alors source de découvertes techniques et scientifiques accélérées dans tous les domaines. En temps de paix, c’est ce principe qui fait du marché une sorte d’organisme vivant, où les acteurs passent leur temps et leur énergie à produire des avantages concurrentiels, à les maintenir ou à attaquer ceux de leurs concurrents. Entre individus, il est la plupart du temps subi : ce sont alors un certain nombre de capacités humaines qui sont mobilisées : vitesse d’exécution ou de compréhension, adaptabilité etc. Dans le cas du sport, il utilise non seulement les caractéristiques personnelles mais aussi la technique – tant qu’elle est légale et qu’un souci d’égalité entre les concurrents n’est pas venu en réguler l’usage. Lire la suite…

Face à la PRAF-attitude

Par Jean-Pierre Rosa

Le livre de Brice-Teinturier sur la PRAF-attitude (Plus rien à faire, plus rien à foutre, la crise de la démocratie) risque bien d’être le plus noir mais aussi le plus abouti des essais sur la crise de la démocratie. Loin de diagnostiquer dans la crise actuelle une simple défiance, même profonde, comme un Pierre Rosanvallon, il lit dans les multiples sondages politiques de ces dernières années, non plus une colère contre une démocratie confisquée par des élites lointaines et profiteuses, mais la montée de quelque chose de bien plus inquiétant : le désintérêt. Lire la suite…

Les 15 ans de l’euro. Un dilemme moteur

Par Jean-Pierre Rosa

La monnaie unique a quinze ans. Ses mérites sont immenses, mais ses inconvénients ne le sont pas moins. Du côté des mérites, elle a permis à la zone euro Lire la suite…